À l’entrée Ouest de la Ville, près du Pont d’Esquerchin, les casernes militaires se réinventent pour redonner vie au grand Jardin des Plantes, future colonne vertébrale apaisée d’un quartier qui mélangera modernité, patrimoine et nature à quelques minutes du Cœur de Ville.

Un quartier riche d’histoire et de patrimoine

Cette partie de la Ville est d’abord marquée par le plus grand parc public de France situé à l’intérieur de remparts : un Jardin des plantes dont les terrains ont été utilisés pour la construction de la Caserne de Caux (1757 et 1758 pour les deux grands bâtiments), puis l’IUFM, institut universitaire de formation des maîtres dans les années 1870. En 1891, avec le démantèlement des remparts, le boulevard Jeanne d’Arc est créé et permet la construction des terrains situés sur les anciennes défenses de la ville.

Le quartier est ainsi parsemé d’éléments de patrimoine architectural, classés ou inscrits à l’inventaire des monuments historiques comme la Caserne de Caux, le bâtiment occupé par le CIO dans le Jardin Henri et Rémi Duhem, ou encore la Porte d’Arras…

Autant de témoins de l’histoire de la Ville, au même titre que plusieurs arbres vénérables hérités de l’ancien Jardin des plantes.

Depuis les années 2000, différents changements marquent le quartier comme la désertion par l’armée de la Caserne de Caux, la fin de la formation des maîtres à l’IUFM, l’implantation du lycée d’excellence Edgar Morin. Naturellement, plusieurs projets ambitieux sont en cours pour donner une nouvelle vie aux différentes parcelles.

Un nouveau quartier à inventer

Pour permettre un développement harmonieux et cohérent de nouveaux projets, la Ville de Douai travaille avec une équipe d’urbanistes aux nombreuses compétences techniques. L’agence INterland, responsable de l’étude, a réalisé le diagnostic du site fin 2020 : un quartier qui apparaît aujourd’hui comme une île, détachée de son environnement alors qu’il se trouve juste à côté du cœur de ville.

Paradoxalement, le quartier est aussi un emboîtement de différentes pièces, comme un archipel de lieux de vie et d’activités, séparés les uns des autres. Ces deux constats conduisent à un quartier évité, largement méconnu par les Douaisiens.

Par conséquent, l’étude urbaine a défini une stratégie et un schéma d’aménagement basés sur le paysage et les modes doux tout en travaillant sur les services et équipements nécessaires à un cadre de vie agréable pour les futurs habitants.

Vu du ciel, le quartier Caux représente 35 hectares, largement arborés mais très peu accessibles : les façades sur rue et les murs empêchent de connaître la beauté des lieux.

Seule brèche, le jardin Duhem qui entoure l’ancien couvent des Capucins (bâtiment occupé par le CIO - centre d’information et d’orientation) propose un havre de paix. C’est le point de départ du futur parc qui occupera à terme le quartier Caux jusqu’à la Caserne du même nom. Les bâtiments de l’ancien IUFM d’un côté et des services du département du Nord de l’autre formeront l’articulation paysagère pour rejoindre la cour d’honneur de la caserne qui sera réaménagée en un écrin de verdure. Au passage, les promeneurs pourront admirer des arbres plus que centenaires, comme un Ginko Biloba, des tilleuls ou un châtaigner majestueux.

Ce futur parc reprendra l’emprise historique de l’ancien jardin des plantes et permettra de découvrir le quartier et les éléments du patrimoine architectural et paysager. Pour les piétons et les cyclistes, il sera aussi un itinéraire sécurisé, agréable et rapide pour rejoindre les bords de la Scarpe et le cœur de Ville et la dérivation avec à proximité les équipements scolaires et universitaires ; pour les futurs habitants, il sera un cadre de vie privilégié et apaisé et un îlot de fraîcheur partagé.

 

 

Accès rapide